Attractivité : la Haute-Marne vend... de l’oxygène !

C’était il y a deux ans : le département de la Haute-Marne et l’agence LMY&R (Nantes) signaient une première campagne de notoriété insistant sur le cadre et le confort de vie (très) accessibles que représentait, pour des Franciliens, ce territoire situé à 2h10 de la gare de l’Est.

44 actu_hautemarne

Une nouvelle consultation a été lancé l’été dernier, toujours avec un objectif d’attractivité vis-à-vis des Franciliens, et dans laquelle la collectivité indiquait vouloir créer une marque de territoire. «En discutant avec des entrepreneurs, nous avons découvert tout un microcosme technologique issu de la métallurgie et reconverti dans le médical, par exemple», se souvient Frédéric Chaigne, patron de LMY&R, devenue LMWR le 2 janvier (lire page 14). L’agence, qui a donc emporté ladite compétition, a aussi dialogué avec une créatrice, un designer, un patron de PME dans l’agroalimentaire… tous «heureux d’évoluer dans leur environnement».

D’où l’idée : faire d’une pré-supposée faiblesse (la ruralité) une force, valoriser l’oxygène dont la Haute-Marne ne manque pas et qui aère les cerveaux. Un argument de poids en cette période où les pics de pollution se succèdent en Île-de-France. La signature : «L’oxygène pour innover. Respirez, vous serez inspiré !» Colorée et ludique, la campagne revendique aussi des codes graphiques assez forts : «Le Centre international du graphisme de Chaumont est un emblème du département», rappelle Frédéric Chaigne.

Lancée par un teasing le 22 novembre, puis par une révélation cinq jours plus tard, la campagne s’est déployée en affichage dans le métro parisien, sur le web (respirez-inspirez.com) et sur les réseaux sociaux. Elle se poursuivra en 2017 dans quelques salons et magazines, et via des voyages de presse concoctés par l’agence C3M et déclinant notamment les filières d’excellence du territoire.

Antoine Gazeau