Egalité femmes / hommes : les initiatives se multiplient en direction des ados

Les filles sont douces, les garçons bagarreurs. D’ailleurs, les premières sont sensibles et les seconds ne pleurent pas.

86-Actu-jeu-egalitehf

« C’est cliché », évidemment, et rien de tel qu’un jeu de société coopératif pour… déjouer les stéréotypes. C’est ce que propose le Département de Loire-Atlantique à ses collégiens et collégiennes avec l’outil éponyme. Edité par le Réseau Canopé (le graphisme est signé Athina Vamvassaki), en partenariat avec la MGEN, il a été créé par la Nantaise Léa Jouan, qui avait réalisé son projet de fin d’études dans la collectivité, il y a trois ans, dans le cadre de son apprentissage en design de service.

Jeu de rôle, quiz, mises en situation à la place d'une fille ou d'un garçon… « C’est surtout un prétexte au débat, appuie l’autrice. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Le but est que chaque jeune se sente libre d’aborder ces sujets. » Et tous les sujets, insiste t-elle : « Certaines cartes évoquent les non binaires et les transgenres, par exemple. L’idée est que personne ne soit laissé de côté. » Le jeu est testé jusqu’à fin avril en Loire-Atlantique. Il devrait ensuite être mis en vente, partout en France, enrichi des nouvelles suggestions récoltées, à la rentrée 2021. Le Département en offrira alors un exemplaire à chaque collège.

L’approche du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, donne plus largement l’occasion à toutes les collectivités de sensibiliser à l’égalité femmes-hommes chez les plus jeunes. Y compris dans les plus petites. La Ville de Lieusaint (77) partagera ainsi, du 8 au 31 mars, des contenus pédagogiques sur les réseaux sociaux et le site de la ville, accompagnés du #liberteegaliteadelphite. Documentaires, clips vidéo, livres sur les droits des femmes, interviews, portraits, photographies, dessins… Là encore, l’idée est de n’exclure personne. Voire d’inclure. 

Antoine Gazeau