Laïcité : la dernière campagne du ministère de l’éducation divise

Ce sont des affiches qui, en cette rentrée mouvementée, ne seront pas passées inaperçues.

90 actu_laicite

Pour promouvoir la laïcité à l’école, le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports en distille huit, pendant tout le mois de septembre, par affichage, sur Internet et sur les réseaux sociaux, ainsi que dans les écoles et les établissements scolaires. L’idée : «Montrer que la laïcité n’est pas qu’un principe qui fonde notre contrat social, mais qu’elle s’inscrit dans le quotidien des élèves en leur permettant de vivre libres, égaux et unis quelles que soient leurs convictions », selon le communiqué. La campagne, signée Babel (Paris), s’adresse en priorité aux élèves et plus largement, dans sa déclinaison pédagogique, à la communauté éducative. Elle comprend des QR codes renvoyant à des outils pédagogiques à la disposition des enseignants. « Quatre [affiches] sont plus particulièrement destinés aux 9-12 ans et quatre aux 13-18 ans », précise le ministère. Mais quelle qu’en soit la cible, c’est le postulat de base, à savoir le lien entre la couleur de peau, les prénoms des enfants et la religion, qui est brocardé par plusieurs syndicats. « Ces affiches ne parlent pas de laïcité, juge ainsi Sud Éducation 77. Sous couvert de laïcité, elle parlent plutôt d’“intégration”, de “multiculturalisme” et de “vivre-ensemble”. Cette confusion des termes a des conséquences. » Un avis partagé par le SNES-FSU, la CGT éduc’action ou encore par la Vigie de la laïcité, dont le président Jean-Louis Bianco a estimé, sur France Inter, que la campagne était « hors sujet ». Le ministère avait pourtant prévenu : sa campagne s’appuie sur les conséquences « positives » de la laïcité à l'école. Le débat en faisant partie.

ANTOINE GAZEAU