Mauviel 1830, indispensable au savoir-faire des plus grands cuisiniers

PUBLI-RÉDACTIONNEL - Depuis 30 ans, Alain Ducasse ou Joël Robuchon ne travaillent qu’avec des ustensiles de cuisine fabriqués par Mauviel 1830, se plaît à rappeler Valérie Le Guern Gilbert, présidente de cette entreprise familiale bicentenaire.

53-actu-BPI

Pourtant, Mauviel réalise 70 % de son chiffre d’affaires (16 M€) dans le grand public, proportion inverse d’il y a 20 ans. «A l’époque, le marché professionnel se focalisait sur la salle. Cette réorientation stratégique nous a permis de rester fabricants, et de rester à Villedieu-les-Poêles», petite ville de la Manche réputée depuis des siècles pour le travail du cuivre. Mais en 2013, Valérie Le Guern Gilbert sent un intérêt renouvelé des professionnels pour le haut de gamme en cuisine. «Nous avons aussi réattaqué ce marché car nos distributeurs nous poussaient à retrouver des liens avec les chefs. De plus, des groupements type Gault & Millau ou Bocuse d’Or étaient demandeurs de partenariats avec des marques comme la nôtre, porteuses de valeurs de transmission et d’éducation

C’est dans le cadre de cette stratégie qu’intervient Bpifrance en 2016, «avec un prêt de 500 000 € lié à notre stratégie marketing d’accompagnement du Bocuse d’Or. Une aide clé car les banques ne vous suivent pas sur de l’investissement immatériel», précise-t-elle. Un autre prêt de 700 000 € est venu soutenir la croissance internationale. Mauviel réalise 70% de son CA à l’export. Et Bpifrance a subventionné à hauteur de 50 000 € une étude de faisabilité sur une gamme au design innovant visant le marché du service en salle.

Par ailleurs, Mauviel 1830 vient de créer son école d’étamage. «Une idée suggérée par le chef de l’Elysée qui ne trouvait plus aucun rétameur», glisse Valérie. Les six premiers mois de l’école seront financés par la Normandie. «La Région veut valoriser la formation en alternance et notre projet participe de l’attractivité du territoire via le tourisme industriel.» La Région aide d’ailleurs aussi à la mise aux normes de l’usine pour accueillir des visites pédagogiques. Mauviel fait enfin partie depuis 2017 du programme Accélérateur de Bpifrance. Prochaine étape : une optimisation de la production en 2018.