Nor-Feed, des additifs alimentaires naturels partis pour révolutionner l'élevage

PUBLI-RÉDACTIONNEL - Spécialisée dans les suppléments nutritionnels naturels pour animaux, Nor-Feed était à l’origine une société… danoise. 

50-actu-BPI-Pierre-Chicoteau

«Les Scandinaves avaient compris que les facteurs de croissance à base d’antibiotiques finiraient par disparaître», explique Pierre Chicoteau, directeur de Nor-Feed, aujourd’hui basée à Angers. En effet, la Commission européenne (CE) allait les interdire à partir de 2006.

C’est dans ce contexte que Pierre Chicoteau s’est associé à l’entreprise danoise. «Nous avons peu à peu racheté leurs parts, développé nos propres produits et finalement racheté la marque Nor-Feed, avec mon associé arrivé en 2012.» Cette idée visionnaire d’améliorer l’efficacité alimentaire dans l’élevage grâce à des additifs à base de plantes cultivées a convaincu Bpifrance d’être aux côtés de l’entreprise dans tous ses domaines d’intervention. Dès 2009, dans le cadre d’Angers Technopole, pour un premier prêt participatif au développement (PPD) de l’ordre de 150 000 €, Nor-Feed intégrant alors dans le réseau Bpifrance Excellence. Un deuxième PPD de 500 000 € allait intervenir en 2012 à l’occasion d’une augmentation de capital. Un prêt à taux zéro était également accordé pour la R&D sur son produit à base de raisin qui allait devenir le premier additif botanique autorisé par la CE en février 2017 !

En 2015-2016, une ligne de financement de 300 000 € était ouverte pour l’export. Avec un chiffre d’affaires de 6 millions pour une trentaine de collaborateurs, Nor-Feed vend déjà dans 30 pays, notamment asiatiques, dont elle peut rencontrer les clients dans les locaux parisiens de Bpifrance. Mais elle vise tout le marché de production animale d’Europe de l’Ouest.

Enfin, un accord était donné par Bpifrance en 2016 pour une avance remboursable de 440 000 € destinée au développement. «Nous travaillons avec l’université dans le cadre de thèses sur des produits plus efficaces et plus compétitifs, ce qui est vital pour les éleveurs.» La première de ces thèses avait d’ailleurs été subventionnée dès 2008 par la Région à hauteur de 275 000 €.

L’entreprise est donc soutenue par tout un écosystème. Et pour les agrandissements qui se dessinent afin de développer sa production industrielle, Nor-Feed restera fidèle à l’Anjou