Pour ses 10 ans, OnlyLyon s’offre un nouveau territoire de communication

Il y a d’abord ce manifeste, rappelant qu’«on ne vit qu’une fois». Il y a ensuite ce film, très esthétique, hors des cadres traditionnels.

52-actu-onlylyon

Réalisé pour le programme OnlyLyon par étienne Perrin et François Lapointe (agence Never Not Bold), il invite à oser. «Derrière cela, il y a un an de réflexion sur les valeurs du territoire qu’on souhaite mettre en avant», résume Quentin Bardinet, en charge du service attractivité du Grand Lyon. Pendant des semaines, les acteurs du territoires, partenaires publics et privés d’OnlyLyon, se sont réunis pour répondre à cette question centrale : comment faire franchir un cap supplémentaire à cette marque devenue, 10 ans après son lancement, un levier essentiel pour le succès du territoire ? Leur conclusion : Lyon n’est pas le compromis idéal décrit à l’envi depuis des années dans les conversations. La Métropole aurait même tout du contraire d’un compromis : «Ici, on n’est pas obligé de céder sur le pan professionnel ou le pan personnel de sa vie, appuie Quentin Bardinet. On a la sensation de ne faire aucune concession, de ne renoncer à rien

Voilà posé le principe directeur du nouveau positionnement de la marque. Lyon sera désormais présentée comme une ville d’équilibre et de plénitude. «On veut que les gens se projettent dans leur rapport à la ville, explique le communicant. On a bien pris soin de ne s’inspirer de personne : on n’est ni grand, ni petit, on est une ville de bonne taille.» La première déclinaison de ce nouveau territoire de communication, signé par l’agence Ekno, en collaboration avec Dissidentia pour le territoire graphique, consiste en une traduction en images, par le photographe argentin Mathias Antoniassi, de scènes du film. La campagne est déjà visible dans les aéroports internationaux, dans la presse ou sur des salons. Ce n’est qu’un début : OnlyLyon promet une «communication totale». 

ANTOINE GAZEAU