Sexualité : en Maine-et-Loire, des chiffres chocs pour faire réagir les jeunes

Parler sexualité aux jeunes en les incitant à s’informer auprès des Centres de planification et d’éducation familiale, c’est le défi délicat que s’est lancée la direction de la communication du Maine-et-Loire.

71-actu-angers

La campagne part d’un constat directement rapporté au Département par les professionnels de santé : la cible jeune est difficile à toucher et connaît peu les compétences des Centres de planification et d’éducation familiale. L’équipe de communication s’inspire alors d’un concept québécois consistant à s’adresser aux jeunes par l’intermédiaire d’autres jeunes. Armé de son micro et d’un panneau géant garni de statistiques, Julien Rémy, attaché de presse au sein de la collectivité, interpelle directement les jeunes pour les faire réagir face à des chiffres souvent alarmants. Pendant plusieurs jours, l’équipe sillonne les campus du département : « Nous pensions que le sujet serait difficile, mais les étudiants ont parlé librement », s’étonne le communicant. Les réactions sont filmées afin de créer deux courtes vidéos pédagogiques : l’une montrant les jeunes réagissant face à des statistiques telles que l’âge moyen du premier film porno (13 ans), l’autre faisant intervenir et répondre les professionnels des Centres de planification et d’éducation familiale. « Le but est de faire connaître nos professionnels de santé pour que les jeunes n’hésitent plus à y aller. Pour répondre, les médecins n’ont pas pris de pincettes, poursuit Julien Rémy. Tous les domaines sont abordés car c’est un sujet de santé publique. » Les deux vidéos seront publiées sur les comptes Facebook, Instagram et Snapchat du Département du 17 octobre au 17 novembre. 

ADELINE LE BORGNE