Tourisme : les campagnes de relance ont limité les dégâts...

Ce n’est évidemment pas la panacée, mais hors hôtellerie, le cataclysme a été évité. Ainsi peut-on résumer le discours ambiant dans les offices de tourisme et autres agences d’attractivité au sortir de l’été.

80-actu-Loireatlantique

Et beaucoup font le lien avec les opérations de relance imaginées dans les territoires pour sauver les meubles, à l’instar de Sarthe Tourisme, qui cite la campagne « Sarthe Explorer » en dressant son bilan pas si noir. « Sur la deuxième semaine de notre campagne, la fréquentation de l’office de tourisme atteint 83% du taux de l’an dernier », observe aussi Marina Lallement-Wagner, dircom de l’agence Inspire Metz, qui avait déployé « Metz Métropole, destination vacances » avec le Studio Magellan (Marseille) et Rezau Est (Nancy) pour le média planning, en partenariat avec les Ville et Métropole de Metz, la CCI et la Chambre des métiers et de l’artisanat de Moselle. Mieux : « On a mesuré une hausse chez nos cibles parisiennes et belges, qui attribuent souvent leur visite à la campagne ! »

Quand la Région Sud, de son côté, programme la phase 2 de sa campagne « On a tous besoin du Sud » jusqu’au 6 septembre, en TV, c’est pour stimuler la période de l’été indien. Mais d’ores et déjà, elle affiche aussi sa satisfaction, même si les restrictions sanitaires de fin d’été devraient la ternir un peu : « La clientèle française a bondi de 23 % entre le 1er juillet et mi-août, ce qui était clairement notre objectif, afin de compenser le manque de la clientèle internationale lointaine », note Loïc Chovelon, directeur général du CRT. Il ajoute que les réservations ont été réalisées « avec un “booking windows” moyen de 20 jours, ce qui conforte notre stratégie d’avoir communiqué tôt, en juin, et avant nos concurrents ». Pas tous : en Loire-Atlantique, le Département et Loire-Atlantique Tourisme avaient aussi consacré 129 000 € à une campagne conçue en interne et déployée dès le 3 juin (affichage, presse, radio, télévision, partenariats presse, insertions dans des guide « été », achat d’espace en digital géolocalisé, réseaux sociaux, etc.). « Cet été, jouez à domicile », clamait-elle. « La formule a été reprise par la presse (15 fois, selon le service presse) et les offices de tourisme, par exemple », constate Dominique Robin, dircom de la collectivité. Sans doute a t-elle aussi été suivie d’effet : la saison fut « plus courte mais plus intense, avec une hausse de la fréquentation, notamment sur le littoral », selon le premier bilan. Et la clientèle fut « principalement locale et nationale ». Comme espéré.

ANTOINE GAZEAU