TV segmentée : une nouvelle opportunité pour les collectivités locales ?

Lorsque les chaînes de France Télévisions, en novembre dernier, ont diffusé pour la première fois des campagnes de TV segmentée, les collectivités ont tendu l’oreille.

85-Actu-TV

Envisager la diffusion d’un spot publicitaire dans les écrans de France 2 et France 5 sur une seule zone précisément ciblée, à l’échelle régionale ou locale, c’est tentant ! La mutuelle interprofessionnelle Prévifrance, conseillée par son agence Vent de Com, vient tout juste de l’expérimenter sur 16 départements… Le Département du Pas-de-Calais aussi vient de se jeter à l’eau, prudemment, en y dédiant une infime partie du plan média de sa dernière campagne consacrée à la téléassistance – quelque 3 000 € seulement.

« Si on constate que ce budget raisonnable permet d’atteindre la cible choisie, on persévérera, y explique-t-on. Nous sommes tous en quête d’outils permettant de toucher au plus près nos usagers. » Non seulement la TV segmentée permet au Département de s’en tenir à son territoire (quand l’offre de France3 Nord-Pas-de-Calais couvrait également le Nord, par définition), mais la formule est en outre intéressante d’un point de vue média, selon Fabien Hermant, directeur du réseau régional chez France Télévisions Publicité : « France3 Régions ne propose que des écrans autour des JT. Là, l’annonceur pourra être présent autour d’émissions d’autres genres (magazines, divertissement, etc.). »

Les coûts d’une campagne, rapportés à une déperdition jadis inévitable, avaient détourné l’intérêt de nombreuses collectivités du média TV. Avec la publicité segmentée, le ticket d’entrée étant moindre que pour la TV linéaire classique, un nouvel horizon s’ouvre. Dans le Pas-de-Calais, on prône le pragmatisme : « Les perspectives sont intéressantes, mais on attend de voir... Notre seul critère, c’est l’efficacité. »

Antoine Gazeau